Lettres du Père Noël

L’atelier du mois de décembre

Lettres du Père Noël (John Ronald Reuel Tolkien ; 1976)

Il était une fois un professeur de littérature qui possédait une imagination  extraordinaire -donnant vie à un vaste monde, il avait « collecté » mille légendes, fait vivre des créatures de tout ordre, décrit des guerres et des batailles, il avait même inventé des langues- et un goût certain pour les fêtes de fins d’année.

Pour ses enfants, Noël fut un moment de joie et chacun d’eux -John, Michael, Christopher et Priscilla- recevaient  tous les ans, de 1920 à 1942, des lettres écrites de la main du Père Noël. Dans chacune d’elle, le vieil homme racontait sa vie tout à fait fascinante au Pôle Nord.

JRR Tolkien ne fut pas le premier à adresser des lettres du père-Noël à l’un de ses enfants, le papa de Tom Sawyer Mark Twain a lui-même écrit une lettre de Santa Claus à sa propre fille aînée, Susie Clemens.

Afin d’enrichir la mythologie de Noël et retrouver un peu de notre innocence perdue, il est temps de reprendre le flambeau de ces glorieux aînés pour imaginer, écrire et  raconter de nouvelles histoires extravagantes, incroyables et même inquiétantes  autour de Noël dans la peau d’un marchand de bonheur.

Pour aller plus loin, découvrez notre sélection.

Lire les contributions du mois de décembre

Echange entre Rose et le Père Noël

Texte imaginé par Claudie Moysan
reçu le 18/12/2020

1ère lettre adressée au Père Noël par la petite Rose

Mercredi 12 décembre 2019

Cher Père Noël,
Comme tu ne dois pas connaître tous les enfants du monde, je vais d’abord te dire qui je suis. Je m’appelle Rose. Je ne sais pas pourquoi je porte ce prénom parce que lorsque je me regarde dans la glace je ne vois absolument rien de rose. J’ai la peau chocolat, de grands yeux couleur charbon et des cheveux plus noirs encore. Hier, c’était mon anniversaire et j’ai eu 7 ans. L’âge de raison paraît-il. Là, je te répète ce que les adultes me disent même si je ne comprends pas très bien… Je crois que maintenant j’aurai toujours raison. C’est d’ailleurs pour cela que je t’écris. Je t’explique. J’ai un cousin, il s’appelle Noah. Il a neuf ans. Le problème avec lui c’est qu’on n’est jamais d’accord, et bien sûr il me dit toujours que c’est lui qui a raison. Mais maintenant si moi aussi j’ai l’âge de raison, je ne peux pas me tromper tout le temps, non ?…
L’autre jour, il m’a dit que les garçons étaient plus intelligents que les filles et comme je trouvais qu’il avait tort, on s’est disputés et on s’est battus. Après, j’avais une grosse bosse sur le front. Maman a voulu savoir ce qui m’était arrivé et j’ai dû tout lui raconter. Je lui ai demandé pourquoi Noah disait toujours que c’était lui le plus fort (ça c’est vrai, il est plus fort que moi), le plus intelligent (là, je n’en suis pas sûre) et le plus beau (moi aussi je suis belle !). Maman m’a dit que Noah avait sans doute un gros zégo et que c’était pour ça qu’il croyait être le meilleur partout !
Alors Père Noël, voici ce que je voudrais : est-ce que tu pourrais enlever le zégo de Noah ? Moi, je ne sais pas faire ça. En plus, j’sais même pas ce que c’est qu’un zégo ! Ce serait mon plus beau cadeau de Noël parce que je ne me disputerais plus jamais avec mon cousin et que je n’aurais plus de bosse sur le front…

Rose

PS : Si tu réussis à enlever le zégo de Noah, alors je serai sûre que tu existes !

 

La réponse apportée par le Père Noël

Jeudi 20 décembre 2019

Chère petite Rose,
J’ai lu ta lettre avec beaucoup d’attention et je tiens tout d’abord à te remercier. En effet, ce que tu souhaites ne viendra pas alourdir ma hotte et, à mon âge, chaque gramme qui ne pèse pas sur mes épaules est déjà un cadeau en soi.
Sais-tu que c’est la première fois qu’un enfant me fait une telle demande?
Pour être honnête, je dois t’avouer que je n’avais encore jamais entendu parler du zégo. J’ai donc dû chercher mon dictionnaire que j’avais égaré. Il faut dire que je ne m’en sers pas souvent… Après avoir mis tout sens dessus dessous, j’ai fini par le retrouver entre les pattes d’un renne à lunettes, un intello que ses copains appellent Prof. Prof parce qu’il connaît tout mais aussi parce qu’il adore la blanche neige ! Hi ! Hi ! Hi ! Je rigole tout seul de cette bonne blague !
Bon ! Revenons à nos moutons ! J’ai ouvert le dico à la lettre Z. Z, Ze, Zeg, Zégo… Rien. J’ai pensé que les rédacteurs du dictionnaire avaient peut-être fait une erreur de classement et j’ai donc lu un par un chaque mot commençant par « Z ». Toujours rien.
Heureusement, Prof, le renne intello qui me voyait transpirer et qui m’entendait aussi marmonner quelques gros mots dans ma barbe, a fini par se pencher sur ton courrier. Quand il a lu ce que tu me demandais, il a éclaté de rire. Un zégo ! Un zégo ! Elle est bien bonne celle-là ! répétait-il. Entre deux fous rires, il a fini par m’expliquer que ta maman ne parlait pas d’un zégo mais d’un égo, un groS Ego !
J’étais un peu confus et vexé aussi, alors j’ai prétendu que je n’avais pas bien lu, ma vue baissant terriblement…
J’ai repris mes recherches dans le dictionnaire et cette fois je n’ai eu aucun mal à trouver la définition. La voici :
Ego : - Nom donné au moi conçu comme « sujet personnel ».
- Dans une analyse de parenté, terme désignant le sujet pris comme référence, à partir de qui se situent les liens d'alliance et de consanguinité.
- Traduction usuelle en anglo-américain du terme freudien Ich, qui signifie aussi bien « moi » que « je ».

Tu n’as pas tout compris ? Je vais essayer de t’éclairer car comme je suis très âgé, j’ai une longue expérience des humains et je les connais bien !
Après Noël, c’est toujours une période creuse pour moi et depuis le Pôle Nord où je suis installé, j’observe ce qui se passe dans vos pays. Ce que je vois n’est pas toujours joli, crois-moi car c’est bien vrai que certaines personnes ont des égos si gros qu’elles en viennent à faire des choses vraiment horribles.
Il y a des chefs d’Etat par exemple qui trouvent leurs pays trop petits et qui veulent bâtir un empire. Alors, ni une ni deux, ils envahissent les pays voisins qui bien sûr se défendent. Les morts se comptent par millions mais les chefs d’Etat s’en fichent. Ils disent que c’est pour le bien de la Patrie et que pour elle il faut savoir se sacrifier !
Il y a aussi des dirigeants qui pensent qu’ils sont les meilleurs, les plus beaux, les plus intelligents et qui décident de tuer tous ceux qui ne sont pas comme eux. Un vrai carnage !
Eh oui petite Rose, j’ai vu ces choses-là et pire encore !
Ça c’est pour les « grands » de ce monde mais quand je vais dans les foyers déposer des cadeaux le soir de Noël, je suis très étonné. Beaucoup de gens se disputent, se battent et parfois même s’entretuent pour avoir la plus belle voiture, le plus beau bijou, le plus beau téléphone portable et que sais-je encore !
Tu vois l’égo est parfois si gros qu’il nous fait perdre la raison !
Mais la vérité, Rose, c’est que tout le monde a un égo, toi, Noah et même moi ! C’est comme ça, on n’y peut rien ! Le problème c’est quand il enfle, enfle comme la grenouille de la fable…
Après toutes ces explications, j’espère que tu comprendras que je ne peux réaliser ton souhait en supprimant l’égo de ton cousin ! Je ne suis que le Père Noël, pas le Bon Dieu !
C’est lui qui a fabriqué les humains et c’est donc à lui de corriger son travail !
J’espère que tu ne seras pas trop déçue et je te souhaite malgré tout de passer un merveilleux Noël !!!

Père Noël

2ème lettre adressée au Père Noël par la petite Rose

Vendredi 28 décembre 2019

Cher Père Noël,
J’ai bien cru que tu n’existais pas ! Je t’explique pourquoi.
Le jour de Noël, Noah et moi, on s’est encore battus. Cette fois, il prétendait que c’était lui le préféré de la famille parce qu’il avait un cadeau de plus que moi. Je lui ai dit que ça ne voulait rien dire mais il a crié que si, que je ne comprenais jamais rien et que lui il savait tout mieux que moi ! Alors là j’ai vu rouge et j’ai tiré sur ses deux oreilles et lui il m’a fait un croche-pied et je suis tombée par terre. Ma mère est arrivée et nous a dit que c’était honteux de nous battre comme des chiffonniers le jour de Noël. Il fallait qu’on respecte la trêve des confiseurs ! Je n’ai pas bien compris pourquoi elle parlait des confiseurs mais ce que j’ai compris par contre c’est que tu n’avais pas enlevé le zégo de Noah. Donc, tu n’existais pas. C’était la preuve et j’étais bien triste, je t’assure!
Ce n’est que le lendemain que j’ai reçu ta lettre (elle est arrivée en retard à cause de la grève des facteurs). J’ai mis du temps à la lire car elle était vraiment longue. Je suis déçue que tu ne puisses pas réaliser mon rêve mais maintenant je sais au moins que tu existes puisque tu m’as écrit, et ça c’est bien!
J’ai réfléchi à l’histoire du Bon Dieu et j’ai une idée. Est-ce que tu serais d’accord pour qu’on lui écrive ? On pourrait lui demander de faire naître des humains avec un égo qui ne serait jamais plus gros qu’une coquille de
noix et comme ça y aurait beaucoup moins de guerres et de crimes sur la Terre, et moi j’arrêterais de me disputer avec Noah!
Qu’est-ce que tu en penses ? Une lettre qu’on signerait toi et moi, ce serait bien, non?
En plus, si le Bon Dieu nous répond et qu’il empêche l’égo des humains de trop grossir, on saura enfin qu’il existe!
Je te fais une grosse bise et je te dis à bientôt!

Rose